TEXTE: POÉSAÏQUE II

Je mets des accents sur des consonnes
Pour surfer sur des allitérations
Et des assonances de mes voyelles
Je donne du rythme à mon inspiration

J’étire ma plume sur des alexandrins
Mais c’est avec mon oreille que je compte les syllabes
Je ne connais ni hémistiches, ni coupe, ni césure
Mais quand je mets le point tout le monde apprécie, c’est sûr

Mais quand il s’agit de rimes, je deviens carrément snobe
Je ne fréquente ni les pauvres ni les suffisantes
Je ne parle qu’avec celles qui sont pleines aux as
Quant à choisir entre les masculines et les féminines
Ma foi, Je ne saurais être misogyne!

Diamil MC, le 9 Mars 2015.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *